Share
FONCIER : LE TERRAIN ABRITANT L’ÉCOLE PUBLIQUE DE LALALA, VENDU À UN OPÉRATEUR ÉCONOMIQUE

FONCIER : LE TERRAIN ABRITANT L’ÉCOLE PUBLIQUE DE LALALA, VENDU À UN OPÉRATEUR ÉCONOMIQUE

Inquiète de la vente illégale des parcelles de terre, propriétés de la Mairie de Libreville, par des tiers, le Premier Maire adjoint de la commune de Libreville, Serges William Akassaga s’est entretenu récemment avec le ministre d’État à l’habitat, à l’urbanisme et au logement, Régis Immongault Tatangany.

Faute de suivi permanent, des propriétés foncières de la mairie de Libreville ont été illégalement vendues a des particuliers et opérateurs économiques. Inquiet de l’évolution de cette situation aux retombées inquiétantes, le Premier Maire adjoint de la commune de Libreville, Serges William Akassaga Okinda s’est entretenu il y a peu avec le ministre d’État à l’habitat, à l’urbanisme et au logement, Régis Immongault Tatangany.

Auprès du ministre d’État, le Premier Maire adjoint de la commune de Libreville a fait remarquer le caractère illégal, sans respect des procédures d’acquisitions des titres fonciers de nombreuses parcelles appartenant à la Mairie de Libreville. 

Le cas notamment de la parcelle abritant l’école primaire publique située dans le cinquième arrondissement au quartier Lalala, devenue la propriété d’un opérateur économique, à l’insu de la Mairie. 

« Le nombre de ces documents a été attribué sans réunir l’instance de délibération municipale », a fustigé Serges William Akassaga Okinda

À cause du titre foncier obtenu illégalement, cet opérateur économique compte faire déguerpir l’école afin de bâtir un autre édifice à la place. Une volonté préjudiciable pour de nombreux élèves qui pourraient être dépourvus d’un établissement scolaire de proximité. 

Le ministre d’État qui veut voir clair dans cette affaire, a instruit ses collaborateurs de suivre ce dossier, insistant sur la nécessité de protéger le patrimoine foncier de la commune de Libreville. 

Par SARTRE



Leave a Comment