Share
CNAMGS / RENAUD ALLOGHO AKOUE : BON MANAGER OÙ BON BOUFFEUR ?

CNAMGS / RENAUD ALLOGHO AKOUE : BON MANAGER OÙ BON BOUFFEUR ?

Que se passe-t-il réellement du côté de la (CNAMGS), ces assurés vivent désormais avec la peur au ventre du fait que leurs prises en charge ne soient plus accepter dans les hôpitaux publics, cela depuis plusieurs semaines déjà après le ras-le-bol du personnel de santé.

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) que dirige, Renaud Allogho Akoue, se trouverait plongée dans une sale affaire de manipulation des chiffres, ainsi donc plusieurs milliards de nos francs seraient détournés à la barbe du personnel de santé. Nous informe-t-on d’une source digne de foi.

Une situation préoccupante pour le gouvernement de la République, sachant le nombre de patients au Gabon qui bénéficient de cette assurance, raison pour laquelle la ministre d’État en charge de la santé, Denise Makam’ne Edzidzie, a convoquée une réunion avec les acteurs de la santé et la (CNAMGS), le 10 mai écoulé afin que des solutions adaptées à la problématique soient trouvées urgemment.

« J’ai en ma possession des chiffres de la dette publique provenant de la (CNAMGS), j’ai également consulté les structures hospitalières qui m’ont donné les leurs, constat fait, il n’y a pas de concordance. Lorsque la (CNAMGS) dit qu’elle a payé les factures, les hôpitaux disent qu’ils n’ont rien reçu. D’où cette colère des partenaires sociaux », s’est prononcé sur la question, Denise Mekam’ne Edzidzie.

Pour rappel, au cours de ladite rencontre avec les responsables des centres hospitaliers universitaires de Libreville et Owendo tout comme ceux de la (CNAMGS), il a été présenté le bilan des activités médicales et financières pour la période allant de 2018 à 2019.

Cependant, il est triste de constater une incongrue manipulation des montants payés par la (CNAMGS), les chiffres paraissent vraisemblablement aléatoires. Du rififi, semble-t-il dans l’air.

« La dette de la (CNAMGS) est très grande après vérification, au CHUL, il y a une dette de 5,3 milliards. Le CHUO, un milliard. Le CHUO, mère-enfant, 600 millions. Ce qui voudrait dire que depuis qu’ils ont commencé à travailler il y a 7 mois, la (CNAMGS) n’a jamais payé quoi que ce soit », s’est prononcé pour sa part, Dr Adrien Mougougou, président du Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (Symefoga).

Le secrétaire général du Syndicat national du personnel de santé (SYNAPS), Serghes Mikala Moundanga, affirme en son rôle de leader et observateur, qu’il ne peut y avoir accalmie, que si la (CNAMGS) règle totalement sa dette auprès des hôpitaux.

Dans le but de pouvoir remédier définitivement à cette affaire qui n’a que trop durée, il est prévu une série de rencontres devant aboutir à la mise en place d’un comité de crise dans les tous prochains jours.

Par S.E MISSEVOU

Leave a Comment