Share
COVID-19 / CONFINEMENT PARTIEL : LE GOUVERNEMENT DE JULIEN N’KOGHE BEKALE GLISSE DANS LA PISCINE

COVID-19 / CONFINEMENT PARTIEL : LE GOUVERNEMENT DE JULIEN N’KOGHE BEKALE GLISSE DANS LA PISCINE

Le gouvernement de Julien N’koghe Bekale a présenté une fois de plus aux yeux du monde son incapacité à sortir le Gabon du bourbier dans lequel il patauge depuis plusieurs semaines déjà du fait de son incapacité a géré convenablement la crise sanitaire actuelle relative au COVID-19 terrassant également notre pays.

Malgré les chiffres épidémiologiques inquiétant donnant actuellement ; trente-huit (38) nouveaux cas déclarés au Covid-19 et quatorze (14) personnes guéries. Soit un total de 276 cas déclarés positifs, soixante-sept (67) guéris et trois (3) décès, le gouvernement de Julien N’KOGHE Bekalé trouve nécessaire de suspendre le confinement total pour revenir au confinement partiel du grand Libreville, lequel a été décrété le 13 avril écoulé avec un nombre approximatif de 44 cas. 

Ce rétropédalage incompréhensible suscite de vives réactions depuis son annonce ; « On part de confinement total avec moins de cas à un confinement partiel avec plus de cas, comment le gouvernement explique cette incongruité ? » S’interroge un concitoyen. 

Si le COVID-19 représente un réel danger pour les populations, comment Julien N’koghe Bekale et les membres de son gouvernement expliquent leur décision suicidaire, si tant est que, le nombre de cas déclaré atteints du COVID-19 est réel ? Et que cache exactement cette décision ? 

Selon quelques personnes interrogées à ce propos, la raison évoquée est l’incapacité du gouvernement à nourrir les populations du grand Libreville. Il évite de justesse un soulèvement populaire quasi manifeste depuis quelques jours.

Cette décision est inopportune, mieux, elle est impopulaire. Sur ce, la palme d’or revient aux septiques convaincus de l’inexistence de cas réellement atteints du COVID-19 au Gabon. Une invention estiment-ils, visant plutôt à détourner les deniers publics.

 

Par Pierre BOUTAMBA 




Leave a Comment