Share
« CES FANTÔMES POLITIQUES QUI NOUS HANTENT, C’EST À NOUS DE LES CONJURER ET DE LES CHASSER » DIXIT, PASKHAL NKOULOU

« CES FANTÔMES POLITIQUES QUI NOUS HANTENT, C’EST À NOUS DE LES CONJURER ET DE LES CHASSER » DIXIT, PASKHAL NKOULOU

Le Bloc Démocratique Populaire (BDP) par la voix de son président, Paskhal Nkoulou, met en garde les semeurs de troubles dans le pays, ceux-là prétextant de la fragilité de l’état de santé du président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba. C’était lors d’une conférence de presse organisée dans les locaux abritant sa formation politique le week-end écoulé.

Le Bloc Démocratique Populaire (BDP), l’un des nombreux partis que compte la majorité présidentielle, tire ouvertement sur les personnalités politiques et autres leaders d’opinion tendant à souffler sur la braise. Le président, Paskhal Nkoulou, droit dans ses bottes, s’exprimait face à la presse nationale et internationale dans les locaux abritant son parti, situé à Akébé-ville dans le 3e arr. 

De Libreville afin de mettre au grand jour les manigances de certains acteurs politiques et de la société civile qui font croire que c’est la débandade totale au sommet de l’état, cela depuis l’AVC du Président de la République, Ali Bongo Ondimba, à Riyad en Arabie Saoudite, le 24 octobre2018.

Ainsi, selon ces propos, il existerait un groupuscule ‘’ anti républicain‘’ (majorité, opposition et société civile), qui serait habité par une volonté à semer le trouble dans le pays.

Paskhal Nkoulou, dans son allocution affirme ; « Nous savons tous que notre président, Ali Bongo Ondimba, connait une situation très difficile sur le plan de la santé depuis près de 11 mois. Il a été victime d’un AVC à Riyad en Arabie Saoudite, une situation aussi imprévisible que brusque, mais grâce à la providence il s’en est sorti, et progressivement, il se remet même si la période de convalescence peut s’avérer très longue et je crois que nous pouvons tous comprendre pourquoi. »

Des manœuvres politiciennes d’individus clairement identifiés et perçus par le président du (BDP) comme étant des perfides sorciers. Ce dernier se référant à des paroles de l’hymne national. 

Une toute autre forme d’attentat au sommet de l’état, selon son analyse : « Ces entrepreneurs politiques sucent le sang et la substantifique moelle du corps citoyen, animant ainsi un lugubre ‘’ bal des vampires ‘’ . »

Puis : « Les déclarations de certains qui, sortis de leurs fonctions jouent à la victimisation comme si la mobilité des personnels politiques ne devrait les concerner que dans le sens des promotions permanentes. Les démettre de leurs prestigieux postes est un crime de laize majesté qui ouvre la voie a des règlements de compte. 

Le but recherché est de démontrer qu’il n’y a plus de commandeur à la tête de l’état. Face à toutes ces agitations, les Gabonais prudents observent, ils font le choix de la paix et de la république. » Dénonce-t-il, tout en poursuivant concernant le camp de l’opposition : « Ayant perdu la bataille sur le champ politique, ils tentent de prendre un raccourci pour parvenir à leur fin de se mettre à l’abri du besoin. Aidés par un groupe de religieux catholico-protestants, musulmans, ils en appellent à la tenue d’un énième dialogue dit de la réconciliation. Un coup porté à la république. »

Par S.E MISSEVOU

Leave a Comment