Share
SHAN’L LA KINDA, LES SANS PAPIERS ET LES DEALERS DE DROGUES AU NIOUF

SHAN’L LA KINDA, LES SANS PAPIERS ET LES DEALERS DE DROGUES AU NIOUF

Le procureur de la République Olivier Nzaou en compagnie d’agents des impôts (DGI) et des forces de police nationale (FPN) a fait une descente inopinée dans les coins branchés de la capitale, précisément au quartier Louis dans le 1er arrondissement de Libreville, le samedi 16 Février 2019. Bilan ; Découverte de réseaux de vente de drogues, des fermetures de Night-clubs et Snack-Bars, des prostituées, sans papiers et même des artistes bien connues de la scène musicale internationale, a l’exemple de Shan’l au niouf.

Certains établissements a caractère ambiants ont vécus un weekend cauchemardesque car ayant été fermés pour certains et inspecté au peigne fin pour d’autres, cela en phase avec les lois en vigueur en matière d’exploitation de telles structures commerciale.

C’est aux alentours de 2h environ que l’opération a été conduite par le procureur de la République, suivie par une orde de médias a l’affût de l’information, de ce fait l’on peut constater l’élément de reportage diffusé sur la chaîne de télévision nationale circulant sur réseaux sociaux depuis peu dans lequel des artistes bien connues de la scène musicale internationale dont Shan’l la kinda s’exprime froidement, promettant faire virer le procureur et les forces de l’ordre de leurs fonctions respectives.

Sur les lieux tout bonnement, au quartier Louis dans le 1er arrondissement de la ville de Libreville, les agents se déployaient, se présentaient et contrôlaient tour à tour les night-clubs ainsi que les clients. Les tenanciers priés de présenter leurs déclarations fiscales et autres documents affairant à l’exercice de l’activité, notamment les licences.

Parmi tant d’autres clients l’on retient la parfaite coopération de certains pendant que d’autres de véritables hors la loi et contre cette descente surprise. Raison ayant conduit à leur interpellation tout comme ceux n’étant pas en possession de leurs pièces d’identités.

Ainsi des personnes de nationalités diverses y compris gabonaise ont été embarquées. Le cas de la chanteuse Shan’l la kinda surprise dans une beuverie party, et qui refusa de coopérer sous prétexte de sa notoriété légendaire. A cette occasion d’ailleurs, l’artiste insulta copieusement les agents des forces de l’ordre, tout en menaçant de contribuer à leurs licenciements. L’élément présentant cette scène révèle l’image d’une artiste hors la loi et arrogante complètement ivre sous l’effet sans doute d’alcool et des drogues.

L’on note également au cours de ce contrôle inopiné, la découverte au night-club No Stress situé a la montée de Louis des sacs contenant des drogues de types ; Cobolo, Cocaïne etc.

Selon de nombreux témoins et riverains, cette opération est la bienvenue  au  moment ou la débauche et la montée de violence ont atteint leur apogée sur l’ensemble du territoire national.

Par cette opération qui compte s’étendre dans la capitale et ses environs, le procureur Olivier Nzaou envisage assainir les établissements exerçant dans la nuit a travers lesquels tout, sinon presque y est au rendez-vous.

Bien que nécessaire, les promoteurs des night-clubs déplorent le fait que ladite opération se fasse en nocturne et le seul jour dans la semaine auquel ils font des bénéfices. Une carence dont la raison serait la crise économique qui frappe de plein fouet le pays, cela occasionnant dans la galère l’industrie du loisir.

Sachant que certains dénoncent des abus et autres incohérences au-cours des telles opérations, d’autres pensent qu’il était tant que le parquet se saisisse du dossier des lieux d’aisances nocturne qui occasionnent très souvent des tapages nocturnes, braquages, viols, prostitution, trafic de drogues etc…

Par S.E MISSEVOU

Leave a Comment