Share
« JE NE PARLE PAS AUX GENS QUI VOLENT L’ÉLECTRICITÉ A LA SEEG » DIXIT STIVE ROMEO MAKANGA

« JE NE PARLE PAS AUX GENS QUI VOLENT L’ÉLECTRICITÉ A LA SEEG » DIXIT STIVE ROMEO MAKANGA

Attaqué par Gaël Koumba Ayouné, le général des mapanes, sur sa page Facebook le 9 janvier courant, Stive Roméo Makanga, patron du média en ligne Kongossanews a répondu à nos questions, dans le cadre d’une interview. Lumière sur une affaire qui sonne comme une diversion.

Mediaposte : Stive Roméo Makanga, merci de nous accorder cet échange téléphonique, nous souhaitons vous interroger au sujet de l’information apportée par Gaël Koumba Ayoune. Vrai ou faux recevez-vous 1 million 500 milles du Palais du bord de mer ?

Stive Roméo Makanga : Je vous remercie pour cette interview. Permettez-moi de vous dire que comme vous je suis très surpris de cette information. Mais comme moi vous connaissez le personnage et ses soucis psychologiques.

Si l’information est crédible, je le défi d’apporter des preuves compromettantes à ce sujet sur la place publique.

Autre chose, Je peux comprendre le désaveu dont Gaël Koumba Ayoune est l’objet par ses « soldats ». Vous suivez l’actualité des réseaux sociaux avec le plus vif des intérêts, ce en quoi je compatis parce que c’est un aîné. Vous savez que cet individu est sujet à bien des turpitudes. Seulement, je ne comprends pas son acharnement sur ma personne.

MP : On raconte que vous étiez plutôt bons amis.

C’est exagéré de le dire. En 2016 j’ai fait un article qui révélait le double jeu de cet homme dans le microcosme politique gabonais. Il avait monté un mouvement de toute pièce et s’était fait baptiser général des mapanes. Une action qui visait à faire des pressions aux leaders majeurs de l’élection politique, histoire de se faire beaucoup d’argent. J’ai fait une investigation à ce sujet et révélé ses sordides ambitions, sa tentative d’infiltrer le camp Ping pour vendre ensuite les informations recueillies. C’est là que nous nous sommes connus. Il me suppliait de supprimer mon article pour que le plus grand nombre ne découvre pas son jeu.

MP : Il faisait des pressions sur qui ?

Il a traité avec certains proches collaborateurs de l’époque du chef de l’Etat d’une part, et de l’autre, avec ceux de Jean Ping. Il disait à ses soldats négocier la somme de un (1) milliard de nos francs. Il promettait mettre à l’abri du besoin chacun de ses « soldats », là aussi un vrai mensonge. Le clan Ping y a vu un escroc et il n’a jamais rien obtenu.

MP : Pourquoi parlez-vous de mensonge ? N’a-t-il rien apporté à ses hommes ?

Ben il n’y a qu’à regarder les vidéos des jeunes du mapane qui circulent en ce moment sur les réseaux sociaux. Vous le savez comme moi, son mouvement n’est plus aujourd’hui qu’une coquille vide. Les défections observées dans son camp ces derniers jours ont commencé depuis en réalité. Ils sont nombreux à l’avoir quitté après l’épisode des 100 millions. Il a tout accaparé et les autres n’ont pas supporté sa gloutonnerie financière légendaire. Certains l’accusent de se servir de leurs mauvaises conditions de vies pour se faire de l’argent, qu’il se partage avec sa famille et non avec ces derniers dont il prétend défendre la cause.

Aujourd’hui, je ne suis même pas certains que Gaël puisse rassembler cinq (5) hommes. Vous connaissez le résultat des dernières législatives, même pas dix (10) voix. C’est dire.

MP : Comment interprétez-vous alors sa publication à votre sujet ?

Gaël Koumba Ayoune est un escroc de grand chemin, ça il faut se le dire. Ses méthodes d’un autre âge sont bien connus. Je me réserve seulement le droit de ne pas révéler ce que je sais à son sujet. Si je le faisais, je peux vous assurer qu’il ne ferait plus un seul jour de plus en liberté. Tout le monde sait que c’est un brigand.

Et puis voyez-vous, ce qui me désole dans cette histoire c’est que j’ai quand même contribué à payer ses factures d’électricité. Tout le monde sait qu’il volait le courant de la SEEG en trafiquant les compteurs.

MP : Comment ça ?

Mais bien sûr, Gaël Koumba Ayoune s’est déjà fait arrêter à ce sujet. Il sait de quoi je parle. En même temps, il me doit toujours de l’argent sur un contrat que nous avons passé et dans lequel il a même essayé de me doubler. Sur un autre, il avait de sombres ambitions de m’extorquer la somme de 500 milles, n’eût été ma vigilance, son coup a échoué. Et ce qu’il faut savoir sur le personnage, c’est que pour un non, il n’hésite pas à retourner à l’état de nature, l’état sauvage.

Je peux comprendre que son moral soit bas en ce moment à cause du reniement dont il fait l’objet de la part des jeunes du mapane. Mais ce n’est pas une raison de s’en prendre à tout le monde. Ce qu’il doit savoir, c’est que : « Tel on fait son lit, tel on dort » allez-y comprendre.

Propos recueillis par Pierre BOUTAMBA

Leave a Comment