Share
GSEZ /A L’HEURE DU BILAN

GSEZ /A L’HEURE DU BILAN

Dynamique depuis son implantation au Gabon, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) ne cesse de s’illustrée vis-à-vis des populations par son nombre sans cesse croissant d’actions.

La rencontre d’information et de concertation avec ses parties prenantes organisée mardi 26 février 2019 à Nkok, dans le cadre de sa démarche de Responsabilité sociale des entreprises (RSE) a permis à Gabon  Spécial Economic Zone  (GSEZ), de dresser un bilan des activités durant l’année écoulée. Dans une démarche participative, les panélistes ont profité de cette réunion dite de «consultation publique» pour échanger avec l’ensemble des parties prenantes sur les perspectives et le mécanisme de gestion des plaintes.  

De ces échanges animés par Ghyslain Pothiet, responsable des performances ESG, il en ressort que l’année 2018 aura été marquée à GSEZ par l’arrivée de 34 nouveaux investisseurs.

13 étant déjà rentrés en production durant cette période. En terme de bilan, il s’agit d’un total de 144 entreprises créées, dont 66 en production avec à la clé 1 450 emplois créés l’année dernière pour un total de 4 600 aujourd’hui.

En matière de santé et de sécurité, d’environnement et du social, 2018 n’aura non plus été de tout repos à GSEZ. L’entreprise dit avoir «développé et mis en place un système de gestion des plaintes pour une meilleure gestion des revendications et des conflits de ses partenaires». « Ajouté à cela, une caserne de pompiers a également vu le jour et été inaugurée il y a quelques mois. Cette caserne servira non seulement à la ZES de Nkok, mais aussi et surtout aux populations environnantes (Ntoum, Essassa, Nkoltang et Bikele », a-t-on appris.

En collaboration avec la Direction générale de l’environnement et de la protection de la nature (DGEPN), l’entreprise Gabon Special Economic Zone s’est employée à développer le processus d’étude d’impact environnemental et social dénommé «Parapluie». Il vise principalement l’industrie du bois. De cette étude, ressort le besoin de construction d’une usine de traitement des eaux usées prévue pour l’année 2019, suivant les recommandations du plan de gestion environnementale et sociale parapluie. 

Fruit d’un partenariat mis en place en 2010 par l’État gabonais, Olam International et Africa Finance Corporation, la Zone économique spéciale de Nkok est devenu aujourd’hui un bel exemple de dynamisme industriel.

Bâti sur une superficie de 1 126 ha, cet espace économique comprend en son sein 73 entreprises de 19 pays relevant de 17 secteurs industriels différents. Forte de ce succès, GSEZ s’est ainsi vue confier le développement d’infrastructures supplémentaires cruciales pour le développement du Gabon.

Il s’agit du Port minéralier qui a vu le jour afin de soutenir le développement de l’industrie minière. Doté d’une capacité maximale de 5 tonnes par an, ce terminal inauguré en 2016 a été construit après douze mois de travaux. Au chapitre de ses multiples réalisations, GSEZ a aussi construit et mis en opération en dix-huit mois le New Owendo International Port.

Mise en service en octobre 2017, cette infrastructure portuaire est dotée d’une capacité de 3 millions de tonnes par an. Ultramoderne, ce terminal est équipé des dernières technologies et machines, à l’instar de ses silos à grains et cuves de stockage d’une capacité de 8 000 tonnes chacune.

GSEZ assure depuis quelques mois déjà la gestion de l’aéroport de Libreville et construit un nouvel aéroport de pointe qui sera livré en 2022 sur un tout autre site.

Présente dans plusieurs autres pays africains, cette holding de développement dénommée Arise développe également des infrastructures.

Par S.E MISSEVOU

Leave a Comment