Share
GABON-CHINE : 45 ANS DE COOPÉRATION FLUCTUANTE

GABON-CHINE : 45 ANS DE COOPÉRATION FLUCTUANTE

Le Gabon et la chine ont magnifié le 19 avril passé, les 45 ans de l’établissement de leurs relations diplomatiques. Un devoir de mémoire entre les deux pays qui a permis non seulement de faire le bilan de cette coopération, mais également de tracer la trajectoire d’un nouveau « partenariat gagnant-gagnant ».

C’est le 20 avril 1974, à l’aube de l’indépendance du Gabon, acquis dans les années 60 auprès de la France, que les deux pays avaient scellé officiellement leur coopération diplomatique. L’initiative, paraphée par feux, Omar Bongo Ondimba, ancien Président de la République gabonaise et Mao Zedong, ancien Président de la République populaire de Chine (RPC) visait à ouvrir une nouvelle brèche de coopération bilatérale entre pays du sud, en lieu et place des relations diplomatiques traditionnelles des pays d’Afrique avec les pays colonisateurs de l’Europe et des Amériques.

L’initiative osée en ce temps-là par un pays africain, alors que le modèle de gouvernance chinois était de plus en plus décrier a, à la lecture du bilan dressé lors de la cérémonie de célébration de cette coopération, permis non seulement au Gabon d’expérimenter une nouvelle forme de partenariat mais aussi, de permettre à la Chine d’entamer progressivement son entrée dans le continent africain. Au Gabon, débute alors, l’ère d’un nouveau partenariat sous la barbe de la France.

Coopération fluctuante

Si la signature est lointaine, « ces dernières années, les échanges de haut niveau entre nos deux pays s’intensifient de jour en jour » faisait remarquer l’Ambassadeur de Chine au Gabon, HU Changchun à l’occasion de la cérémonie tenue au Radisson Blu de Libreville. L’établissement de ce partenariat a notamment permis aux deux parties de tirer profit de l’un et l’autre. Alors que la Chine tire profit des ressources naturelles du Gabon, par la mise en place d’unités de production dans plusieurs domaines d’activité rentable comme celui du bois, le Gabon lui, a su exploité exploiter le potentiel  de la Chine dans le domaine des infrastructures.

La construction d’édifices publics dédiés à l’administration, au sport, à l’éducation et à la santé, les routes, l’échange d’expérience dans le domaine médical, le soutien à la formation des gabonais, les échanges culturels participent à la solidification de ce rapport entre pays du sud. « L’amitié traditionnelle fait preuve d’une vitalité vigoureuse, conduisant ainsi notre partenariat de coopération global sur la voie express. Sur le plan économique, les deux parties mènent une coopération pratique gagnant-gagnant » a renchérit l’Ambassadeur de Chine.

L’intensification et la dynamique de cette coopération explique aujourd’hui la position privilégiée de la Chine en tant que premier partenaire économique et commercial du Gabon depuis 2014. Avec l’initiative « La Ceinture et la Route »,  la Chine n’a pas fini  d’agir au Gabon.

La nouvelle route de la soie, un nouveau débouché

Tout comme pour le continent, la nouvelle route de la soie, projet lancé en 2013 sous la nomination de « La Ceinture et la Route » est une initiative de la Chine visant un ensemble des liaisons maritimes et des voies ferroviaires entre ce pays d’Asie et le reste du monde.

Le projet est une stratégie de développement dédiée à promouvoir la coopération entre les pays sur une vaste bande à travers l’Eurasie en passant par l’Afrique, afin de renforcer la position de la Chine sur le plan mondial. Ce projet unique en son genre offre de nombreuses opportunités économiques pour les pays de la planète, le Gabon y compris. En effet soutient le ministre des affaires étrangères, Abdu Razzaq Guy Kambogo, « l’initiative lancée en 2013 (…) s’impose comme une nécessité pour réaliser le développement coordonné du monde. A l’instar des autres pays, cette initiative constitue, pour le Gabon, un avantage non négligeable, pour la mise en œuvre du Plan de relance économique ».

Si selon le conseiller économique de l’Ambassade de Chine, « le Gabon adhère à cette initiative » le pays devra renforcer son segment infrastructure pour pleinement profiter des retombées de cette nouvelle politique chinoise mondiale.

Par SARTRE

Leave a Comment