Share
FESTIVAL VERT JAUNE BLEU / ACT 6 : C’EST DANS L’ÉCHEC QUE L’ON APPREND MIEUX

FESTIVAL VERT JAUNE BLEU / ACT 6 : C’EST DANS L’ÉCHEC QUE L’ON APPREND MIEUX

Croyez-vous que la réussite est l’opposé de l’échec ? Si quelqu’un fait un effort considérable, mets tout en œuvre pour se dépasser et atteindre un objectif, mais ne parvient pas tout à fait à le faire, a-t-il échoué, nous dirons que non, pourquoi ? Du simple fait qu’il ait osé, le cas de Djaast et toute son équipe contrairement à d’autres.  

Concernant le Festival Vert Jaune Bleu, dont l’initiateur est le promoteur artistique connu sous le pseudonyme de Djaast, l’on retient tout d’abord ; « l’engagement et la détermination » de l’organisateur. Des mots qui ont leur sens car personne d’autre en dehors du principal concerné n’a eu à l’esprit bien avant, un retour dudit évènement surtout en ces temps de vaches maigres.

Bravant les opinions avec a la clé moult péripéties, Djaast a pu relancer pour la 6e fois de son histoire le festival le plus réputé pour sa spécificité à promouvoir uniquement les artistes du terroir dans tous les registres musicaux, à Canal Olympia dans la capitale économique les 5,6 et 7 juillet 2019. 

Malgré un déroulement en dents de scie, les meilleurs talents de la chanson gabonaise ont encore une fois bénéficié de cette immense tribune d’expression pour faire valoir leurs compétences. Parmi les artistes invités cette année, l’on cite entre autres ; Latchow (le Bangando), Original Iboga, Kero Skar, Dibakou, Nycksi, Patrick S, K-prime, Zeben, Mc Bright (le maillot jaune), Eddy Mitchell, Fallone Lumière et bien d’autres. 

L’œuvre humaine n’étant pas parfaite, alors il est de notre ressort de relever cependant les disfonctionnements ayant fortement impacté sur le bon fonctionnement du festival. Il s’agit ; du retard des spectateurs, les contraintes structurelles, la non-harmonie du public au lieu-dit de spectacle, etc. Néanmoins, l’événement s’est achevé sur une série de showcase dans différentes structures dancing de la ville de Port-Gentil.

Selon certains, seul le résultat est ce qui détermine si nous appartenons au cercle des gagnants ou des perdants. Si la vie était binaire, peut-être que nous pourrions nous permettre d’avoir cet état d’esprit. Mais ce n’est pas la façon dont fonctionne la vie parce que étant naturellement pleine de surprises.

Avez-vous déjà vu un bébé apprendre à marcher sans jamais tomber ? Sûrement pas, pour la simple et bonne raison que tomber fait partie du processus d’apprentissage. En d’autres termes, cela signifie que tout succès sera précédé d’une série de tentatives qui ne produiront pas toujours les résultats escomptés.  Ainsi, il est sage de développer un sain et profond respect pour le processus d’apprentissage et pas seulement le résultat final. Sur ce, à nous retrouver en 2020 lors de la 7e édition du festival le plus patriotique du pays.

Par S.E MISSEVOU



1 Comment on this Post

  1. Bob Rommel oyembo

    Je commencerais par poser la question à quoi nous sert le ministère de la culture gabonaise? Je félicite le Djaast en sa modeste personne qui pour l amour qu il éprouve pour la musique gabonaise à eu le courage et la détermination d oser à offrir aux artistes gabonais cette opportunités de faire valoir et d exprimer leurs talents dans ce festival vert jaune bleu.Quant on sait qu aujourd’hui la situation est alarmante et que les artistes gabonais sont abandonnés à eux même je pense à la fête de la musique qui est passé inaperçu dans la ville de port gentil qui regorge pourtant beaucoup d artistes et pas des moindres.je félicite aussi les artistes qui ont accepté de prendre part de façon significative à cette événement .Qui pour eux l essentiel était de participer et de montrer aux yeux du monde que unis nous sommes fort et que nous pouvons arriver à faire des choses .
    Je tire mon chapeau à la nouvelle génération hip hop qui avec leur nouveau vent rehausse le hip hop gabonais et devient plus compétitif à l échelle internationale .Que Dieu nous bénisse et nous pousse toujours vers l avant on garde espoir qu un jour les droits d auteurs veront le jours dans notre pays afin de récompenser à sa juste valeur les efforts de tout un chacun.
    Bob Rommel oyembo.
    Jeune Promoteur gabonais

    Répondre

Leave a Comment