Share
BENICIEN BOUSHEDY ET PETER STEPHEN ASSAGHLE A LA CONQUÊTE DU MAROC

BENICIEN BOUSHEDY ET PETER STEPHEN ASSAGHLE A LA CONQUÊTE DU MAROC

Dans le cadre de la promotion de leurs œuvres, les deux auteurs gabonais Benicien Bouschedy  et Peter Stephen Assaghle tous deux résidant en France  ont décidé, depuis 10 jours de parcourir le Maroc pour, disent-ils, « conquérir un nouveau lectorat et porter la littérature gabonaise au-delà de nos frontières ». Ils ont parcouru les villes d’Agadir, Casablanca, Fès, Mohammédia, Rabat et Marrakechoù, à chacune des étapes, ils ont échangé autour de leurs livres, les thématiques qui les constituent mais aussi des sujets d’actualité africaines et des préoccupations de leur génération.

Depuis le 09 décembre dernier, Peter Stephen Assaghle et Benicien Bouschedy parcourent le Maroc pour la promotion de leurs ouvrages, de la littérature gabonaise mais aussi et surtout inviter la jeunesse à oser des actions culturelles visant la promotion de notre identité à l’extérieur du Gabon. C’est sous la dénomination de « Apéros-littéraires » que les deux auteurs ont décidé d’aller conquérir des lecteurs à l’extérieur du Gabon à travers l’Afrique. Une initiative très saluée par la diaspora du Gabon au Maroc très satisfaite par le périple et les échanges avec leurs deux frères mais aussi par les participants de bien d’autres nationalités ayant pris part à leurs activités.

« Je suis très satisfait de cette tournée que nous avons initiée en tant que promoteurs de la culture gabonaise. Elle nous a permis d’impacter un nombre important des jeunes gabonais et d’autres nationalités mais aussi de réaliser la soif qu’a le lectorat de lire et de se retrouver dans les thématiques actuelles. Les échanges que nous avons eus autour de la littérature gabonaise partant de nos livres nous poussent à envisager de nouvelles stratégies de vulgarisation de notre littérature pour qu’elle soit accessible à tous les lecteurs du monde », a déclaré Peter Stephen Assaghle.

En effet, partout où ils sont passés, Benicien Bouschedy et Peter Stephen Assaghle ont réuni plusieurs dizaines de jeunes de nationalités différentes invités à l’échange.C’est le cas d’une jeune enseignante de littérature magrébine présente qui n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction : « j’ai été invitée par un ami qui m’avait parlé, il y a un moment, de cette tournée. Je ne suis pas déçue. Je n’avais jamais rencontré des écrivains gabonais avant. Les thèmes abordés dans leurs livres que j’ai achetés sont actuels et devraient intéresser beaucoup de lecteurs. Je pense aussi que ce genre de démarches devraient être soutenues pour le bien de la littérature africaine », a déclaré, Zaïfa Boucif.

« Ayant participé à l’étape de Casablanca, j’ai été satisfait du déroulement des échanges mais surtout des différents messages de nos écrivains.Ce fut une rencontre très enrichissante autour d’ouvrages dont les questionnements et les thématiques nous invitent à reconsidérer notre présent. Ce qui séduit dans cette aventure, c’est qu’elle est portée par deux jeunes étudiants venus nous parler du Gabon, de l’Afrique et du Monde à travers leurs livres. Je leur souhaite vivement de poursuivre avec force leur projet », s’est confié le jeune web-influenceur Luc RENKONGO.

Cette initiative audacieuse est salutaire pour la littérature gabonaise que nombreux décrient comme renfermée et inaccessible. C’est d’ailleurs ce que déclare le poète de Malinga : « Même là où elle est produite, la littérature gabonaise est peu connue, malgré sa remarquable  production. Il n’y a pas de honte à reconnaître que cette littérature n’est portée par quelques têtes médiatisées là où les autres nationalités en comptent des dizaines voire des vingtaines. Cette initiative que nous voulons prospère veut vulgariser notre littérature et ses jeunes auteurs surtout afin de séduire un autre lectorat que celui du Gabon où d’ailleurs le livre n’est lu qu’au lycée sous la contrainte des contrôles. Avec les Apéros-Littéraires, nous voulons également montrer que des jeunes peuvent oser et faire des choses appréciables pour le pays, s’engager dans la sensibilisation et participer au développement socio-culturel à l’extérieur du Gabon. C’est risquer de le dire mais comme développées par notre génération, nos discours méritent d’être porter plutôt que de rester autour des mêmes thèmes étudiés et révisés depuis plus de 20 ans comme si les gabonais ne produisaient pas. C’est aussi cela l’intérêt de nos échanges ; réactualiser les réflexions autour de la littérature gabonaise à partir de cette génération d’auteurs », a déclaré Benicien Bouschedy.

Nous espérons que cette initiative financée à moyen propre continuera et permettra aux deux auteurs de trouver pleinement satisfaction mais aussi un regard particulier dans la promotion de leurs œuvres ainsi qu’une ouverture conséquente de la littérature gabonaise.

La rédaction

Leave a Comment